feignant


feignant

feignant, ante [ fɛɲɑ̃, ɑ̃t ] n. et adj.
faignant v. 1200; p. prés. de feindre « rester inactif, paresser », altéré dès 1321 en fainéant, d'apr. néant
Fam. Paresseux invétéré. Quel feignant ! fainéant, paresseux. « tu te la coules douce, c'est un métier de feignant que le tien » (Queneau ). Adj. Ce qu'il est feignant ! ⊗ CONTR. Bûcheur, travailleur.

⇒FEIGNANT, ANTE, FAIGNANT, ANTE, adj. et subst.
[Forme pop. de fainéant] Synon. de cossard (pop.), paresseux; anton. bûcheur (fam.), travailleur.
I.— Subst. Faudra travailler. Et ce n'est pas un métier de faignant que j'assume (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1905, p. 70). Le vieux Péloueyre criait à Marie de Lados lorsque, épuisée, la jeune fille se laissait choir sur une chaise : « Lève-toi, feignante. » Il ne supportait pas de voir une servante assise. Même ses repas, en ce temps-là, Marie les prenait debout, sur le pouce, en servant ses maîtres (MAURIAC, Génitrix, 1923, p. 346). La voix était bonasse et molle, une voix de franc feignant, sans malice (GENEVOIX Raboliot, 1925, p. 195). Des feignants qui profitent d'être à la table des autres pour s'en mettre plein et tant, qu'ils sont lourds sur l'ouvrage (AYMÉ, Jument, 1933, p. 173).
Loc. pop. Se faire du lard de feignant. S'engraisser. Qu'est-ce qu'elle fourbançait dans sa tête, toute seule, pendant que Raboliot se nourrissait à la table de Touraille, se faisait du lard de feignant? (GENEVOIXRaboliot, 1925 p. 133).
Emploi en interj., région. (Midi). Feignant de bonsoir! Juron. — Allez, le Nègre, tire un peu, feignant de bonsoir (GIONO, Regain, 1930, p. 175).
II.— Adj. Chiffonet. — Le porteur d'eau!... C'est toi qui m'as réveillé, imbécile? Machevoine. — À midi! ... Faut-il que vous soyez feignant! (LABICHE, Misanthr. et Auv., 1852, I, 7, p. 147). Tu sais que je ne suis pas trop feignant, je n'ai pas du poil dans la main pour l'ouvrage (GONCOURT, G. Lacerteux, 1864, p. 225). — Rose est faignante... De là une dissertation sur la façon de « corriger » les enfants (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 259). Il se décidait pourtant, entraînait Raboliot derrière lui : — Au travail, feignants que nous sommes! Ils s'en allaient dans l'atelier, s'asseyaient sur des escabeaux. Le vieux, tout en besognant, n'oubliait point de faire aller son battant (GENEVOIXRaboliot, 1925 p. 128).
Rem. On relève ds la docum. les graphies a) Faigniant. Ce faigniant, comme tous les jolis garçons, un souteneur de pièces, quoi! est la coqueluche du boulevard du Temple (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 402). « Le v'là, le gros sapas, le v'là, le propre à rien, le faigniant, ce gros soulot! C'est du propre, c'est du propre! » (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Toine, 1885, p. 179). b) Fainiant. Il se perpétue et le peuple dit : Fainiant, moriginer, pipie, recipissé, resida, sibile, batiau, siau (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 151). c) Feigniant. — Tiens! t'as pas seulement fermé la porte d'la rue, tant t'es feigniant! (MONNIER, Scènes pop., 1833, p. 5).
REM. 1. Feignantasse, subst. fém., péj. Synon. C'était cette feignantasse qui ne voulait pas sortir des draps (MAURIAC, Th. Desqueyroux, 1927, p. 264). 2. Feignasse, subst., péj. Synon. — Attendez minute, feignasses! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 220). Pour des ramassis de feignasses qui finiront quand même au bagne! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936 p. 603). Les ouvriers, au jour d'aujourd'hui, ne s'occupent que de tarabuster le monde. Des feignasses (ARNOUX, Double chance, 1958, p. 215).
Prononc. et Orth. :[], fém. [-], et [fe-]. Faignant ds DUB., Pt ROB. et Lar. Lang. fr. Étymol. et Hist. Cf. fainéant. Fréq. abs. littér. Feignant : 312. Faignant : 11. Fréq. rel. littér. Feignant : XIXe s. : a) 264, b) 476; XXe s. : a) 523, b) 527. Bbg. QUEM. DDL t. 3.

feignant, ante [fɛɲɑ̃, ɑ̃t] n. et adj.
ÉTYM. V. 1200, faignant; p. prés. de feindre « rester inactif, paresser », altéré dès 1321 en fainéant d'après néant.
1 Fam. Paresseux invétéré. Fainéant. || C'est un feignant. Paresseux.Adj. || Ce qu'il est feignant !
1 N'empêche qu'on n'est ni un feignant, ni une bête, lorsqu'on a su mettre de côté douze mille livres de rente.
Zola, la Terre, I, III.
2 Un champ si bon, qu'il n'y en a pas de meilleur ! un champ où tout pousse, rien qu'à souffler dessus ! (…) Faut-il que tu sois feignant et lâche (…)
Zola, la Terre, IV, III.
3 (…) tu te la coules douce, c'est un métier de feignant que le tien.
R. Queneau, Zazie dans le métro, p. 39.
Appellatif injurieux. || « Est-ce que tu vas m'apprendre à parler, mauvais feignant » (Ch. Paul de Koch, la Grande Ville, t. I, p. 264).
2 Pop. et vx. Lâche.
4 Pas un, mon bonhomme, pas un !… tous rentrés dans leurs ateliers comme des feignants… Oh ! Les hommes !… les lâches !
Bayard et Dumanoir, les Guêpes, VI, in Répertoire dramatique, IV (in D. D. L., II, 3.).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • feignant — feignant, ante (fè gnan, gnan t ) adj. Terme populaire. Synonyme de fainéant. Il est feignant. C est un feignant. ÉTYMOLOGIE    On le prend d ordinaire pour une corruption de fainéant ; mais Génin a soutenu que c est le participe du verbe feindre …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • feignant — feignant, e adj. et n. Se dit pour « fainéant » …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • faignant, faignante ou feignant, feignante — ● faignant, faignante ou feignant, feignante adjectif et nom Familier. Fainéant. ● faignant, faignante ou feignant, feignante (difficultés) adjectif et nom → fainéantRegistre Fainéant s emploie dans tous les registres ; feignant (plus courant) et …   Encyclopédie Universelle

  • faignant — ⇒FEIGNANT, ANTE, FAIGNANT, ANTE, adj. et subst. [Forme pop. de fainéant] Synon. de cossard (pop.), paresseux; anton. bûcheur (fam.), travailleur. I. Subst. Faudra travailler. Et ce n est pas un métier de faignant que j assume (RIVIÈRE, Corresp.… …   Encyclopédie Universelle

  • fainéant — fainéant, ante [ fɛneɑ̃, ɑ̃t ] n. et adj. • 1306; de fais (faire) et néant, altér. de faignant « négligent » (v. 1200), de feindre « paresser » → feignant 1 ♦ Personne qui ne veut rien faire. ⇒ paresseux. Lève toi, fainéante ! « un fainéa …   Encyclopédie Universelle

  • paresseux — paresseux, euse [ paresø, øz ] adj. et n. • pereçus 1119; de paresse I ♦ 1 ♦ Qui montre habituellement de la paresse; qui évite et refuse l effort. ⇒ apathique, fainéant, feignant, inactif, 1. mou, nonchalant; fam. cossard, flemmard (cf. Avoir un …   Encyclopédie Universelle

  • IRONIE — Figure de rhétorique et forme de plaisanterie, l’ironie se situe d’emblée dans un champ intentionnel par l’implicite qu’elle renferme et qui détermine sa propre condition d’existence. Si elle consiste communément à faire entendre à… …   Encyclopédie Universelle

  • feindre — (fin dr ), je feins, tu feins, il feint, nous feignons, vous feignez, ils feignent ; je feignais, nous feignions ; je feignis ; je feindral ; feins, feignez ; que je feigne, que nous feignions ; que je feignisse ; feignant, feint, v. a.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Francois-Vincent Raspail — François Vincent Raspail Pour les articles homonymes, voir Raspail. François Vincent Raspail Personnage marquant du …   Wikipédia en Français

  • François-Vincent Raspail — Pour les articles homonymes, voir Raspail. François Vincent Raspail Personnage marquant du XIXe siècle, François Vincent Raspail …   Wikipédia en Français